samedi 26 mai 2007

An italian tribute to Motörhead


On a exhumé un bande-dessinée inédite de Mimo Capiéri. Sans doute un de ses derniers récit-illustré (jamais publié à ce jour).Il s’agit de « Oedipica », 10 planches qui devaient initialement être publiées, dans la revue "frigidaire".Comme son nom l’indique, « Oedipica » est une relecture du mythe d’Œdipe.C’est l’histoire de Valério Mulina, étudiant en histoire de l’art à Rome, au tout début des années 80. Valério Mulina décide de changer de sexe et devient la ravissante Valéria, une jeune femme très féminine, belle, désirable et fanatique de Motorhead. Impossible de déceler Valério dans Valéria (si ce n’est leur passion commune pour Motorhead).Même les anciens amis de Valério s’y trompent.Valéria passe ses nuits dans la Rome déjantée des années 80 ( sexe, drogue et rock’n roll sont son pain quotidien…) Valéria n’a plus que sa mère, son père ancien activiste des brigades rouges a disparu dans la nature lorsqu’elle (il) avait 3 ans. Quand elle découvre la nouvelle identité de son fils, la mère de Valério se suicide de honte.Culpabilisant, le jeune transsexuel se perd dans sa vie nocturne et la drogue.Un jour, alors que le groupe préféré de Valéria se produit dans la capitale italienne, elle rencontre dans une boîte de nuit un sosie vieillissant de Lemmy (chanteur de Motodrhead)… L'homme qui a 45 ans ne connaît pas le groupe de rock, en revanche il est très sensible au charme de Valéria... La jeune femme également tombe sous le charme, elle ramène l’homme dans son lit. Lors d'une conversation sur l'oreiller, Valéria comprend que le Lemmy romain n'est autre que son père disparu.Valéria a couché avec son géniteur... La jeune femme choquée, se rend au concert de Motorhead et se fait exploser les tympans en mettant sa tête contre les enceintes…
Olmo Mayakoff

Merci Olmo pour ces infos...

8 commentaires:

les oubliés a dit…

Ce n'est pas "un" mais "une bande dessinée... "
Olmo Mayakoff n'aurait jamais pu écrire de telles choses. C'est du détournement, le dessin est bel et bien de Capiéri, le texte n'est pas d'Olmo Mayakoff.


Bien a vous O M

Tanquerelle a dit…

Ouhlala. Moi j'n’ai pas eu besoin de changer de sexe, ni de coucher avec mon père déguisé en Lemmy, pour voir Motorhead en concert. Il passait à Nantes il y a peu. Et finalement mes tympans ont bien résisté.
En tout cas je ne savais pas que tu avais un blog. À bientôt sûrement.

Hervé.

Appollo a dit…

Salut Hervé, dis donc tu dois être le seul vrai commentaire que j'ai sur ce (nouveau) blog. D'habitude, c'est plutôt le terrain de jeu de deux de mes petits camarades dont je tairai l'identité, mais enfin, ils sont en liens sur le blog.
bref, bref, Lemmy rules, quoi.

Béri Béri a dit…

Ce n'est pas Tanquerelle c'est José Mové.

Tanquerelle a dit…

De rien Appollo. Je pense qu'il est de bon ton de relever le débat au sein de la grande communauté des bloggers. Sans ces commentaires outranciers, voire vulgaires, ton blog aurait autant de tenue que le mien (http://tanquerelleherve.blogspot.com/), évidemment. Posez-vous la question mon cher Appollo: Ces gens sont-ils réellement mes amis? Ai-je besoin de leur présence? Ne sont-ils pas comme un boulet à mon pied, meurtrissant mes chairs à chaque commentaire?
Certes, "Lemmy rules", comme vous le dites si bien dans ce langage bigarré qui est le vôtre, mais Lemmy n'a-t-il pas écarté les membres de son groupe, sentant ceux-ci devenir incontrôlables?
Quoiqu'il en soit, je vous souhaite bien du courage, mon ami.
Hervouille de la Tanquerelle.

Glorb a dit…

Lemmy est beau, Lemmy est grand.

Et ce scénario, quel qu'en soit son auteur, est plutot alléchant. :)

Philty Animal Taylor a dit…

Tu te prends pour Lemmy depuis que t'as la même moustache, Tanquy La Verdure ? Allons, allons, un peu de sérieux voyons ...

Coyote a dit…

T'es vraiment mignon Tanquerelles, quand tu veux je te fais une dédicace ...