vendredi 18 mai 2007

Cosa nostra

Bertrand Mandico parle, dans L'oeil qui ment , d'un de ces dessinateurs farfelus comme seule l'Italie peut en produire : Mimo Capiéri.

Je ne connais pas bien son travail d'illustrateur pour le cinéma, mais ses planches (qu'on retrouve souvent bradées à Angoulême chez les vendeurs d'originaux) sont assez drôles et bizarres.

Je ne sais pas si un éditeur français aura un jour le courage de publier français une anthologie de Capiéri mais ça serait une initiative louable, tant ces fumetti de hall de gare ont l'air barré.


2 commentaires:

jean jean a dit…

très intéressant.

David a dit…

Et Bernanrd Michel qu'est qu'il fout ?