jeudi 21 juin 2007

Gérald De Palma

J'ai vu aussi "Le Dalhia noir" de Brian de Palma adapté du roman de Ellroy. Autant je n'avais jamais réussi à finir le roman, autant je n'ai pas réussi non plus à voir le film en entier. C'est dingue le pouvoir de cette histoire.
Je ne vous mets pas l'affiche ni rien, hein, le film est juste chiant, convenu, apprêté... heu, laid aussi. Comme le roman, finalement, c'est ça le miracle d'une adaptation réussie.

8 commentaires:

Tanquerelle a dit…

Le film est une pitoyable merde, à mon humble avis! Par contre je ne te rejoins pas le moins du monde pour ce qui est du bouquin. C'est de l'or en barre! Tu as lu d'autres bouquins d'Ellroy ou pas? Je suis en train de lire "Ma part d'ombre" et je suis toujours aussi fasciné par cet écrivain. C'est complexe mais tellement jouissif.
Pour ce qui est de De Palma, je ne suis pas un grand fan de ce réalisateur, mais j'ai vu, il y a peu "L'impasse"(je crois que le titre original est "Carlito's way") et c'est un film excellent.

hippolyte a dit…

yep l'impasse et trèès bon (et sean penn a son meilleur look, y aurait bataille avec Tanquerelle !), s'il n'y avait pas eu les Sopranos, ce serait sans doute un des meilleurs films sur les alentours de la mafia ..
sinon "carrie" c'était quand même bon (un film qui a des images qui vous hantent à vie ne peut pas être tout à fait mauvais ?)
Après il a enchainé les bouses en surfant sur ce faux patronyme de "meilleur metteur en scène du monde". C'est con les patronymes.
Sinon salut appollo, t'es dans les cartons ?
hippolyte

Appollo a dit…

Hervé : ah ah, je savais que ma pettie sortie sur Ellroy fonctionnerait !
Hippo : non, pas encore, je suis méga à la bourre.

sos blog minable a dit…

De palma est le cinéaste le plus indigeste du cinéma mondial. (L’équivalent d’un bol d’huile avec de la chantilly des anchois et des fraises…)
Dans le genre « barocco-kitsch-surfait », il y a Argento qui à ses débuts, était dix fois plus inventif que le gros Depalma…
Mais le maître incontestable du genre "b-k-s" reste Kenji Suzuki… Et contrairment aux films de Depalma, les films de Kenji sont magnifiques (son acteur Jo Shishido s'était fait greffer des bajoues carrées pour paraître plus viril).

Le seul film regardable de Depalma c'est « Body-double ». Minable et vulgaire d'un bout à l'autre, mais totalement assumé, donc jouissif…

PS/ "Un dessinateur de BD qui parle de ciné, c’est un peu comme un suporter de foot qui parle de décoration d’intérieur." Jean Cocteau

moi aussi j'existe a dit…

J'ai acheté une salade tout à l'heure...

la crainte a dit…

Cette conversation sent bon la vieille chaussette...

jean pierre dionnet a dit…

Bande de Pierre Tchernias à la petite semaine !

Li-An a dit…

Moi j'ai vu un film de zombie british filmé comme du Ken Loach (puisqu'on joue à qui à la plus grande).