samedi 16 juin 2007

Black Book

C'est le dernier film de Paul Verhoeven.
J'aime bien ce réalisateur. Le premier film que j'avais vu de lui, c'était "La Chair et le sang", quand j'étais ado. Ca m'avait emballé, parce que c'était un film avec des épées, du cul, une atmosphère poisseuse et que c'était moins débile que les teen-movies dont on avait l'habitude. Je ne sais pas si je regarderai de nouveau ce film aujourd'hui, mais ça m'a laissé un a-priori favorable sur Verhoeven. Du coup, même quand ses films sont un peu foireux, comme "Basic Instinct" ou même pire, "Showgirls", je ne lui en veux pas trop. La principale qualité que je lui trouve, c'est une sorte de mauvais goût assumé : il y a toujours des filles à poils et une espèce de vulgarité maline chez lui.
Et puis, il y a quand même de bons films : "Starship Troopers" m'avait bien fait rigoler. Et "Black Book" est pas mal du tout : c'est un film de guerre - enfin de "résistance" - comme on n'en fait plus trop, c'est à dire très rythmé et léger, sans la volonté d'être plus réaliste que ça (on a du mal à croire à cette ville de La Haye occupée). Pourtant, le propos du film aurait pu être profond, politique même, mais le traitement sautillant de Verhoeven met tout ça au second plan, au profit du simple plaisir du film de résistants "comme dans le temps". Et puis, Verhoeven n'oublie pas d'être Verhoeven : l'héroïne couche, la tension sexuelle y est omniprésente, et l'acmé du récit, c'est la jolie héroïne toute nue sur qui on verse un seau de merde. Bravo, Paul.

4 commentaires:

Li-An a dit…

Show Girls c'était quelque chose. Je crois qeu je n'ai pas eu le courage de le regarder en entier.
Et à propos de Starship Troopers, je me rappelerai toujours la tête de l'acteur en promo avec son réalisateur sur Canal + et qui comprenait soudain que les "gentils" étaient dépeints comme des fascistes bon teint. Il était terrifié :-)
Par contre, loupé Black Book par pure fainéantise. Dommage pour moi.

olmo a dit…

Le meilleur film de Paul Verhoeven c’est « Turkish- Delight » (ref- « L’œil qui ment « le groupe « Dorian Gray »)… Ce film a été réalisé par le Hollandais malsain au début des années 70 avec son acteur fétiche Rutger Hauer. C’est une vision ultra-malsaine du mouvement hippie. Cette histoire d’amour fou (trash) est très envoûtante. Verhoeven ne nous épargne aucun détail et son sens de l’humour-noir fait mouche… Vomi, sexe, excréments, sang, cruauté, urine et étrangeté sont au rendez-vous…
Le deuxième chef-d’œuvre de Verhoven c’est le « Le quatrième homme », l’histoire d’un écrivain alcoolique et homo, qui a une aventure avec une femme tueuse dans le but ultime, de se taper son amant… Le film est magnifique tant par son mauvais goût que son étrangeté envoûtante ( il oscille parfois entre Cronenberg et Derrick)…
À voir à tout prix….

Anonyme a dit…

Aaah ! Je désespérais d'une intervention d'Olmo...

un éditeur a dit…

vive les fascistes!!!