vendredi 8 février 2008

Nout cases

Je me souviens de la "case du général", rue de Paris, que j'ai fréquentée assidûment durant mes années de collège (j'étais très ami avec la fille du général). Je me souviens aussi de la petite case créole du pasteur, rue Bertin, où j'allais faire du foot avec les copains, et puis surtout de la case créole de Frenchy, rue Roland Garros, où j'ai passé une quantité de nuits blanches assez incroyable.

Plus tard, la grand-mère de Domi nous a hébergés dans la petite maison, chemin Hautbois, à la Montagne. Une toute petite maison où avaient vécu avant nous les grand-parents et les parents de Domi et où les marmailles ont fait leurs premiers pas. Une petite case en bois, peinte en vert, à l'architecture de châlet étonnante pour la Réunion.


Et puis après encore, ça a été le "châlet", justement, route des bambous au Brûlé. Notre première maison à nous, un rêve de case créole : une maison immense de "changement d'air" datant du début du XXeme siècle, ayant appartenu à une grande famille (dont la grand-mère de Raymond Barre), au milieu de la verdure des hauts (800 mètres d'altitude), des brouillards, de la pluie, et du froid aussi, en hiver.
Mince, on l'a aimée cette case...
Aujourd'hui, la mairie nous l'a rachetée et elle devrait l'intégrer dans le parc régional des hauts.



Une autre maison que j'aime beaucoup, mais qui a peu de chance de jamais me servir de logement, c'est Maison Rouge, dans les hauts de Saint-Louis. C'est évidemment elle qui nous a inspirés, Jean-Michel et à moi, pour "Fantômes blancs".


Enfin, il y a celle que je ne connais pas : la maison de l'Entre-Deux où vivait la grande tante de Domi et où elle allait quand elle était enfant. Depuis, un entrepreneur avisé l'a rasée pour y construire un logement en "dur".

3 commentaires:

Urbatrof a dit…

Maison Rouge est ou sera en rénovation. Tel l'a décidé nos responsable locaux....

Dis donc , quand tu me scénarise ?

Aldo maccione a dit…

Ca drague dur ici.

le grand brûlé a dit…

ça me rappelle des souvenirs...
Que de moments passés dans ces maisons.

PS/ j'ai pas lu les textes, ça me fait mal aux yeux.