jeudi 17 avril 2008

Le nègre fondamental

Partir.
Comme il y a des hommes-hyènes et des hommes-
panthères, je serais un homme-juif
un homme-cafre
un homme-hindou-de-Calcutta
un homme-de-Harlem-qui-ne-vote-pas

l'homme-famine, l'homme-insulte, l'homme-torture
on pouvait à n'importe quel moment le saisir le rouer
de coups, le tuer - parfaitement le tuer - sans avoir
de compte à rendre à personne sans avoir d'excuses à présenter à personne
un homme-juif
un homme-pogrom
un chiot
un mendigot

mais est-ce qu'on tue le Remords, beau comme la
face de stupeur d'une dame anglaise qui trouverait
dans sa soupière un crâne de Hottentot?



17 avril 2008 : mort d'Aimé Césaire

4 commentaires:

Lia Terraya a dit…

pas mieux...

Li-An a dit…

Un homme politique et vrai poète, on n'en fait plus des comme ça...

Anonyme a dit…

un homme-juif
un homme-pogrom
un chiot
un mandico

Lucas Lambour a dit…

Veuillez rendre à Césaire ce qui appartient à Césaire, monsieur l'anonyme.