dimanche 14 décembre 2008

Into the Wild

Un jeune diplômé d'université décide de foutre le camp de chez lui et de tracer la route à travers les USA jusqu'en Alaska. A la fin, il meurt.


J'aurais adoré adorer ce film. Tout y était pourtant : des grands espaces magnifiquement filmés, une pointe de Kerouac, un zeste d'Easy Rider, de l'espace, encore de l'espace (le cinéma, qui rend pourtant si bien l'espace, a trop souvent l'air de frissonner à l'idée de s'y coller), un récit rugueux...

Malheureusement, Sean Penn ne peut pas s'empêcher de fourguer la camelote américaine qui va avec ce genre de sujet, c'est à dire un prêchi-prêcha assez pénible sur la Nature, la civilisation, la perte des vraies valeurs et un mysticisme de bazar qu'on redoute tout au long du film jusqu'à ce que, sans doute pour ne pas nous décevoir, il pointe son groin.

Et puis surtout, on n'y croit pas un seul instant : les personnages n'ont aucune épaisseur, ils sont tous exaspérement fondamentalement bons, et le héros, d'une platitude assommante et sans aucune aspérité, est insupportable, en christ moderne donneur continuel de leçon.

Merde, je suis un peu dégouté...

6 commentaires:

deux anciennes eleves a dit…

Nous aussi nous sommes "into the wind" monsieur...
On vous attendra sur la plage (où vous savez).

au 24... 20h avec une bouteille.

Lea et Flo

Hobopok a dit…

Deux "m" à "assommante".

C'est vrai que pour une sacrée bonne daube, c'est une sacrée bonne daube. Ça ressemble à s'y méprendre à une apologie du suicide, où un jeune décervelé met au point la façon la plus idiote de mourir, suscitant on passage l'admiration des autres imbéciles croisés en cours de route. Et on est prié de trouver ça ropantique ou je ne sais quoi. Du niveau blog Skyrock.

Dieu soit loué je ne l'ai pas vu en salle alors que tous mes soi-disants amis me juraient que c'était super, mais en vidéo. Bien fait.

Zidane a dit…

Ropantique ?

Hobopok a dit…

Farmaitement !

jbgg a dit…

daube j'irais pas jusque là. les personnages sont insupportables mais je trouve quele préchi-précha sur la nature est contre-balancé par la fin, où oui, elle est sauvage, ha!ha!hargh!
(mais le héros est vraiment bête)
savez-vous mr appollo, que votre blog a été dénoncé à google(par de courageux redresseurs de torts anonymes?) car son contenu jugé jenesaisplusquoi.peut-être une blague de vos amis?

jbgg a dit…

(mais '"the pledge" est vachement mieux, mais moralisant aussi)